Nos buis ne sont pas immortels! Sauvons-les!

Un chouette article, un article printanier et presque poétique qui nous parle du buis et un peu de son histoire. Trouvé en chinant le web sur https://despenseesaujardin.com/

Nos buis ne sont pas immortels! Sauvons-les!

4 Commentaires

 

Le printemps arrive très doucement cette année. Nous avons eu le droit à des flocons de neige à deux jours du printemps!

Mais il faut nous préparer à sauver nos buis!

En effet, les chenilles de la pyrale vont se réveiller puis se transformer en papillon qui vont à nouveau pondre…

Et le cercle infernal va recommencer!

Il faut donc agir avant l’apparition des premiers papillons pour exterminer les chenilles (si vous en avez) puis capturer les papillons avec des pièges afin d’éviter la prolifération de nouvelles chenilles.

Je suis particulièrement attachée à mes buis du Petit Paradis et de la Maison du Coeur et j’en ai de beaux spécimens, des rangées et des bordures! Les deux jardins cumulés, je dois en avoir une centaine!

Le printemps arrive avec toutes ses belles surprises au jardin, mais la pyrale du buis reviendra avec lui…

Alors je ne vais pas les laisser se faire dévorer par ces sales bestioles venues d’Asie!

Buis taillé

Buxus

Le buis n’est pas seulement un arbuste vivace et persistant à croissance très lente de la famille des buxacées. Il est aussi un arbuste sacré. Dans l’antiquité le buis était associé à Hadès dieu des enfers et à Cybèle déesse de la terre et de la fécondité. C’était donc un symbole funéraire et d’immortalité.

Pour les Gaulois, il représentait l’éternité.

Une semaine avant Pâques, le buis béni des Rameaux  évoque l’immortalité  et la résurrection.

Le buis est symbole du stoïcisme dans le langage des fleurs.

Intemporel, on le trouvait dans les anciens jardins puis dans les jardins à la française avec ses parterres en broderie.

Au jardin, vous pouvez cultiver des buis en pleine terre ou en pot. Le système racinaire des buis n’étant pas très développé, vous ne serez pas obligés de les rempoter tous les ans. Le buis se taille aisément, se sculpte (art topiaire). Il est donc facile à cultiver et d’entretien.

Histoire

Les Sumériens sont sûrement les premiers à avoir intégré les buis dans les jardins.

En 331 avant Jésus Christ, Alexandre le Grand le découvre lors de la prise de Babylone.

L’art topiaire voyage et gagne la société de Cicéron  puis Pline le Jeune.

Le buis est un arbuste commun que l’on trouve dans nos jardins mais aussi dans les jardins historiques: Versailles, Breteuil, Marqueyssac, Eyrignac…

Le buxus sempervirens se trouve dans toute l’Europe continentale et méditerranéenne.

buis empervirens

Le buxus microphylla a de plus petites feuilles et a un développement moins important.

buis à petites feuilles

Mais attention le buis est toxique.

Tailler les buis

On taille les buis les mois en A: avril et août, mais on peut également les tailler en mai-juin et en septembre.

Pour tailler vos buis, il faut une cisaille propre et bien aiguisée. Il faudrait protéger les abords avec un drap ou une bâche afin de faciliter le ramassage.

Puis, il ne reste plus qu’à les tailler par temps humide ou les arroser avant de les tailler afin de ne pas les voir jaunir. Ne les taillez jamais trop d’un coup! Il ne faut pas tailler plus de la moitié de la nouvelle pousse.

Pour tailler une haie de buis, il faut faire les côtés légèrement en biais afin de ne pas dégarnir le pied puis la partie supérieure.

Vous pouvez utiliser un cordeau afin de réaliser une haie bien rectiligne. Personnellement, je le fais au jugé.

Pour tailler les sujets sculptés en boule ou pyramide, il est préférable d’utiliser une cisaille courbée pour les boules et une cisaille à longue lame pour le cônes. Je n’ai qu’une cisaille courbée, mais elle fait l’affaire!

La pyrale

La pyrale est la chenille de Cydalima Perspectalis, un papillon nocturne venu d’Asie. C’est un papillon grisâtre, brunâtre, assez petit et attiré par la lumière des réverbères. Elle a été découverte en France dans le Haut Rhin en 2008. Puis, en 2011, sa progression était déjà fulgurante. Personnellement, j’ai des chenilles dans mes buis du Petit Paradis depuis 2 ans et dans la Maison du Coeur depuis un an seulement.

Il y a trois générations de chenilles qui s’étalent de mars à octobre. C’est une espèce invasive. Un papillon pond 12 000 oeufs. Le papillon, lui-même, ne fait pas de dégât,  mais la chenille mange la cuticule du buis puis toute la feuille, jusqu’à défoliation totale. Lorsqu’il n’y a plus de feuilles, elles peuvent s’attaquer à l’écorce du buis qui n’aura plus la chance de s’en sortir! Le pic d’infestation est constaté de mi-juillet à fin septembre.

Attaque fulgurante!

Elle cause une mort par épuisement, les buis ne pouvant se régénérer. Elle dévore les feuilles et ne laisse que les rameaux qui se dessèchent et entraîne la mort de l’arbuste.

La pyrale reste au stade larvaire pendant l’hiver puis forme sa chrysalide, se nymphose.

La chenille est verte avec des stries et sa tête est noire. Elle déteste la lumière, c’est pour cela qu’elle de cache au milieu du feuillage dense du buis.

chenille de pyrale

 

chenille sur le buis

 

Luttons contre la pyrale!

1-Du compost

Au printemps et à l’automne, il faudrait mettre aux pieds des buis du compost afin de bien les nourrir. Ainsi ils pourront mieux lutter contre les agresseurs. Bêcher un coup aux pieds de vos buis et ajoutez-y du compost.

2-Taille d’éclaircissage

Il faut éclaircir le buis au printemps afin de mieux voir à l’intérieur du buis, d’y faire rentrer la lumière et pour que le traitement puisse atteindre le centre du buis où se cachent les pirales. En effet, les chenilles commencent par dévorer l’intérieur des buis.

3-Traitement au BDT (bacille de thurynge)

Si vous avez des chenilles, il faut traiter les buis 3 à 4 fois par an pour les anéantir. Le traitement au bacille thuringensis ne tue pas les abeilles ni les auxiliaires. Il ne s’attaque qu’aux chenilles et à leur système digestif. Les chenilles s’arrêtent de manger et meurent. Il commence à faire plus doux, inspectez vos buis et traitez-les si vous constatez la présence de chenilles.

4-Pièges à papillon

J’ai acheté des pièges à papillon cette année et je vais les placer au Petit Paradis et dans la Maison du Coeur. La période idéale est le moins d’avril.

Ces pièges fonctionnent comme des appâts. Il attirent les papillons mâles avec des hormones sexuelles femelles (phéromones). Les papillons sont précipités dans le piège et vous pourrez surveiller le degré d’infestation.

piège à Breteuil

Ces pièges sont assez onéreux mais j’ai trouvé une marque beaucoup moins chère.

Le piège Bayer Jardin- Natria principe actif d’orgine  (46-48 euros) est plus petit et donc plus esthétique, il y a deux seringues de phéromones dans le boîte. Ce piège de chez Bayer est un piège sans eau. Le piège Naturen (28 euros) est plus gros et donc difficile à camoufler, il y a également deux seringues dans la boîte. Ce dernier s’utilise avec le récipient rempli d’un tiers d’eau, mais cela demeure facultatif.

Alors à vous de voir…

Il faut, 3 mois après la première utilisation, recharger avec une nouvelle seringue de phéromones.

5-Prédateurs naturels

On pense que les mésanges et les pinsons des jardins sont des prédateurs naturels de la pyrale. N’hésitez pas à les nourrir en hiver et à leur offrir un habitat pour pouvoir lutter avec vous contre les chenilles.

 

Vous avez donc compris que la pyrale représente une menace pour les buis de nos jardins et pour nos jardins historiques. C’est un arbuste ancien et commun qui structure le jardin mais avec la prolifération de cette chenille, nous risquons de les voir disparaître.

Sans une lutte collective, nous n’arriverons pas à bout de ces chenilles. En effet, tant qu’il restera du buis sain (réserve de nourriture pour les chenilles), elles se déplaceront  et condamneront à une vitesse éclaire les buis verts.

J’aimerais que chacun prenne cette lutte au sérieux et contribue à enrayer ce fléau.

C’est une lutte éco-citoyenne!

Alors ne nous avouons pas vaincu et luttons pour sauver nos buis patrimoniaux!

Engageons-nous dans cette lutte « Save Buxus » de l’INRA.

 

J’espère que, dans les villages où je vis, la lutte sera collective. Ainsi, les buis que j’ai plantés seront sauvés ainsi que les jardins à la française.

Ayons tous une pensée pour le jardin, une pensée pour nos buis…

Merci à vous!

Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.